NOTRE ÉLEVAGE

élevage d'hovawarts de la ponchonièreIl s’agit d’un élevage familial uniquement, nos hovas sont nos chiens de compagnie avant d’être des reproducteurs. Nos retraités ou « non-productifs » finissent leurs jours avec nous en toute tranquillité. Nos bébés sont parfaitement socialisés, habitués à la vie de famille. Je  stimule leur éveil par des jouets nombreux et variés : pouet-pouet, tunnel, piscine à balles, etc… Ils sont en contact avec de nombreuses personnes et animaux : chat, autres chiens. Ils ont la chance de bénéficier de suffisamment d’espace pour s’ébattre et découvrir la nature.

Avant leur départ, je les ai  promenés en voiture, sortis en ville, au marché, etc. L’éducation de base a été commencée : le rappel, la laisse. Et surtout, ils auront eu plein de papouilles et de bisous. Les familles qui achètent nos chiots repartent avec tous les conseils nécessaires pour élever et éduquer leurs bébés. Je reste toujours disponible en cas de doute ou de soucis, pour les premiers pas en expositions de beauté, etc. 
Adhérents au Club Français du Hovawart, je respecte leurs consignes d’élevage et le choix des couples reproducteurs est toujours étudié minutieusement.

COMMENT SUIS-JE VENUE À L’HOVAWART ?

J’ai toujours eu des chiens dans ma famille, beauceron, boxer, schnauzer nain, bâtards adoptés à la SPA en général avec du caractère (comme leur maitresse, dirait mon mari… ).

En 2006, je suis allée en Allemagne, plus précisément dans le Mecklenburg-Vorpommern (Poméranie occidentale), pour fêter les 25 ans de mariage d’une amie allemande. Aucune envie ni idée de prendre un chien, j’avais déjà un bâtard adopté à la SPA qui a coulé des jours heureux avec nous jusqu’à son décès en 2012. Mais je rends visite aux voisins de mon amie et un grand coup de cœur devant une portée d’hovawarts âgés d’un mois. Je demande à voir les femelles et le mari de l’éleveuse m’en présente trois, toutes plus belles les une que les autres ! Mais une seule m’a choisie, ou plus, on s’est choisie mutuellement. Elle a donc du encore grandir pendant 2 mois auprès de sa maman puisque je ne pouvais pas revenir la chercher rapidement. En aôut 2006 elle a quitté son pays natal pour vivre dans le Var avec nous (3600km aller et retour !!)

Très rapidement, j’ai compris que B’Angela avait du caractère et que je devais aller travailler en club canin afin de la rendre sociable et obéissante.
 Après le passage du CSAU et du brevet d’obéissance, je me suis tournée vers la recherche utilitaire qui correspondait mieux à son caractère et à son esprit d’initiative. Nous avons formé une belle équipe ! Laquelle a été complétée par Cuzco des Îles du Lagon Bleu, splendide mâle blond, puis de Hanoki des Gardiens de la Colline, un mâle noir, et enfin en 2014 une jolie noire et feu du nom de Jâhiz des Theyphaliens.